Blog

Bouger plus, manger mieux, est-ce si simple ?


Lorsque l’on parle de saines habitudes de vie, j’ai bien l’impression que tous s’entendent pour dire que c’est une bonne chose. Personne n’est contre la vertu ! Toutefois, entre la théorie et la pratique il y a une bonne différence. J'aborderai le côté alimentaire puisque c’est mon domaine, mais du côté de l’activité physique et des autres saines habitudes de vie également cela peut être un défi d’intégration dans nos vies déjà bien chargées.


Bien manger et se faire des menus équilibrés, variés et le moins transformés possibles demandent un effort. À moins d’être un passionné de la cuisine et de la saine alimentation, bien manger peut vite devenir un « fardeau » chronique puisqu’à chaque semaine voire chaque jour, on doit manger ! Et même pour les passionnés, il y a des jours où l’on désire simplement mettre notre énergie autre part…


J’ai épluché quelque peu la littérature scientifique afin de voir ce qui avait été observé du point de vue des principaux déterminants et barrières à l’adoption d’une saine alimentation. Une sondage réalisé auprès de 282 hommes âgés entre 18 et 25 ans a observé que les principaux facteurs motivant l’adoption d’une saine alimentation chez cette population était l’amélioration de la santé, l’image corporelle et le niveau d’énergie tandis que les principales barrières étaient l’accès facile aux aliments moins sains, le temps de préparation des aliments et la motivation à cuisiner des aliments plus sains (Ashton LM, 2017). Dans une autre étude, le manque de temps et d’argent ressortent comme des barrières importantes pour l’adoption de saines habitudes alimentaires (Venn D, 2017). Dans certains cas, ces barrières pourraient nous amener à consommer moins de légumes et de fruits, à manger plus souvent à l’extérieur et à manger davantage d’aliments plus salés, gras ou sucrés. Une autre étude a observé chez de jeunes adultes (18-24 ans) les facteurs influençant le choix des aliments. Suite au sondage, les auteurs ont observé que le goût était le plus important facteur suivi par l’accessibilité, le coût et la valeur nutritive, pour n’en nommer que quelques-uns (Hebden L, 2015).


Pour bien manger (la plupart du temps, pas nécessaire d’être parfait !), il faut donc penser stratégiquement, penser intelligemment, minimiser nos efforts et se faciliter la vie tout en se trouvant des trucs qui conviennent bien à notre mode de vie ! Je désirais donc vous partager quelques-uns de mes trucs pour intégrer une alimentation goûteuse, variée et saine dans ma vie et celle de ma petite famille.


5 astuces pour se planifier un menu de la semaine équilibré, simple et goûteux


1. On se fixe une cible en terme de fréquence des différentes sources de protéines dans nos assiettes.

Par exemple, je me planifie habituellement 1 à 2 repas végétarien(s) par semaine soit avec des légumineuses et du tofu ! Je n’ai pas encore osé le tempeh mais ça s’en vient ! Donc, on pourrait dire lundi et jeudi ce sera végétarien. Je fais une recherche rapide dans mes livres et revues (ou dans ma tête) et me trouve des recettes qui me plaisent (et à mon conjoint) ! Ensuite, probablement 1 repas de poulet, 1 de poisson, 1 d’œufs et/ou fromage et possiblement 1 de viande rouge (je vise environ 3 fois par mois en viande rouge en fonction de la pyramide alimentaire méditerranéenne). Ces fréquences pourraient être adaptées à votre type d’alimentation (végétarien ou omnivore) et à vos goûts ;) !


2. Planifions des légumes dans l’assiette !