Blog

Quoi manger avant l’entraînement pour les sportifs récréatifs?


Peu importe le moment de la journée où vous désirez aller vous entraîner, si jamais vous n’avez pas mangé depuis environ 4 à 6 heures, vous devriez vous planifier une petite collation pré-entraînement. Cela vous permettra d’optimiser votre performance, de réduire au minimum les baisses d’énergie et de limiter les problèmes gastro-intestinaux !


L’article suivant vous donnera des idées afin d’avoir la collation pré-entraînement la plus appropriée et efficace possible ! Cet article s’adresse aux sportifs récréatifs et aux personnes qui débutent leur mise en forme ! Pour les athlètes récréatifs et les athlètes, des recommandations encore plus spécifiques pourraient être bénéfiques. Par contre, les grandes lignes demeurent sensiblement les mêmes. De plus, cet article examinera seulement les collations pré-entraînement et je me pencherai plus tard au mois de novembre et décembre sur le quoi manger ou boire pendant et après l’entraînement.


D’abord, tout dépend du temps restant avant votre entraînement. La collation pré-entraînement est considérée comme étant la collation mangée dans les 0 à 4 heures avant l’entraînement.


Conséquemment, plus la collation est rapprochée du moment de l’entraînement et plus elle devrait être légère (petite en quantité), faible en lipides (gras) et élevée en glucides. Pourquoi élevée en glucides vous direz-vous ? Et bien, les glucides sont des sucres (simples à complexes) et ces sucres sont le carburant principal des muscles durant l’entraînement.


Voici les sources de glucides dans notre alimentation.

-Fruits

-Produits céréaliers ou féculents (pain, pâtes, riz, pomme de terre, muffin maison, barre tendre, etc.)

-Certains Laits et substituts (lait, boisson de soya, kéfir, yogourt, etc.)

-Légumes (ils contiennent des glucides mais en plus petites quantités)


Attention aux problèmes gastro-intestinaux !

Types de sports

D’abord, il faut savoir que certains sports sont plus à risque de troubles gastro-intestinaux. Par exemple, le jogging, un sport avec des impacts répétitifs est plus à risque que le vélo, où il n’y a pas ou peu d’impacts.


Temps

Ensuite, plus la quantité d’aliments de la collation pré-entraînement est importante et plus les risques de problèmes gastro-intestinaux le sont également. Donc, une personne se sachant plus « fragile » côté digestion pourrait planifier sa collation davantage de temps avant son entraînement ou encore limiter la quantité d’aliment(s) avant son entraînement. Elle pourrait tout simplement choisir une collation liquide avant son entraînement t